orange publication summary banner small

Document Type
Further Analysis
Publication Topic(s)
Family Planning
Country(s)
Mali
Language
French
Author(s)
Soumaila Mariko et al and ICF Macro, Calverton, Maryland, USA
Publication Date
September 2009
Publication ID
FA69

Order a Hard Copy: Please use electronic copies of DHS publications whenever possible. Hardcopies of publications are intended primarily for those in developing countries where internet connections are limited or unavailable.

Abstract:

Cette étude s’inscrit dans le cadre des analyses approfondies des résultats de l’Enquête Démographique et de Santé réalisée en 2006 au Mali (EDSM-IV). L’EDSM-IV est la quatrième enquête d’une série réalisée par la Cellule de Planification et de Statistique du Ministère de la Santé et par la Direction Nationale de la Statistique et de l’Informatique du Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Commerce, en collaboration avec l’Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP). Elle a bénéficié de l’assistance technique de Macro International et de l’appui financier de l’USAID, de l’Unicef, de l’UNFPA, de la Coopération Néerlandaise, de la Banque Mondiale et du Gouvernement Malien. Au cours de l’EDSM-IV, des questions ont été posées aux femmes de 15-49 ans concernant leur pratique et leurs opinions en matière de planification familiale. Ces résultats ont permis d’évaluer la prévalence contraceptive et d’estimer les besoins non satisfaits en matière de planification familiale au Mali. Les résultats des trois enquêtes Démographiques et de santé réalisées au Mali en 1995-1996, 2000 et 2006 (EDSM) ont mis en évidence la persistance de niveaux élevés de fécondité, d’une faible pratique contraceptive et d’une légère augmentation de l’importance des besoins non satisfaits en matière de planification familiale. L’objectif de cette étude est de mettre en évidence les facteurs qui sont, non seulement, ceux qui ont le plus d’impact sur le niveau des besoins non satisfaits en matière de planification familiale au Mali mais aussi ceux sur lesquels il est possible d’agir, de manière efficace, dans le cadre d’une bonne politique de population. En effet, l’une des priorités de cette étude est de contribuer à l’élaboration de programmes adéquats et appropriés dans le domaine de la planification familiale. Plus précisément, dans cette étude nous avons cherché à faire un bilan de la situation sur le plan de la pratique contraceptive et de l’importance des besoins non satisfaits en matière de planification familiale au Mali en étudiant non seulement les variations selon certaines caractéristiques des femmes, mais aussi les tendances, à partir des résultats des EDSM réalisées entre 1995-1996 et 2006 pour enfin dégager les facteurs qui affectent, de manière significative, l’importance des besoins non satisfaits en matière de planification familiale, pour espacer et pour limiter les naissances, cela en utilisant la technique de l’analyse multivariée. Les données utilisées sont celles des EDS du Mali de 1995-1996, de 2001 et de 2006 pour les analyses des tendances et facteurs de différenciation de la pratique contraceptive et de l’importance des besoins non satisfaits en matière de planification familiale. Les données de l’EDS du Mali de 2006 ont été utilisées pour analyser l’influence des facteurs déterminants de l’importance des besoins non satisfaits en matière de planification familiale. Deux catégories de variables ont été constituées pour cette analyse ; il s’agit des caractéristiques individuelles des femmes, parmi lesquelles l’âge, le nombre d’enfants, etc. et certaines caractéristiques du ménage et de la résidence. Cette étude a mis en évidence la persistance d’une faible pratique contraceptive et d’écarts importants entre les deux milieux de résidence d’une part et entre la région de Bamako et le reste du pays. En effet, la comparaison des résultats des trois EDSM montre que le niveau de la pratique contraceptive chez les femmes en union est passé de 7 % en 1995-1996 à 8 % en 2001 et 2006. En outre, en 2006, la prévalence contraceptive était trois fois plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural, (15 % contre 5 %). Au niveau des régions, selon les résultats de l’EDSM 2006, 20 % des femmes utilisaient une méthode contraceptive contre 9 % dans les régions de Ségou et Koulikoro et un minimum de 2 % dans la région de Mopti. Enfin, quelle que soit l’enquête et quel que soit le milieu de résidence, les résultats montrent que l’utilisation de méthodes contraceptives a plutôt pour objectif l’espacement des naissances que la limitation. En particulier, l’utilisation de méthodes contraceptives pour limiter les naissances est restée extrêmement faible en milieu rural. L’importance des besoins non satisfaits en matière de planification familiale varie de manière importante selon les caractéristiques des femmes. Cependant l’analyse a montré que l’âge de la femme et le nombre d’enfants constituaient des facteurs explicatifs significatifs du risque d’avoir des besoins non satisfaits en matière de planification familiale pour espacer les naissances. En outre, l’analyse a montré que les besoins non satisfaits, que ce soit pour espacer les naissances, ou que ce soit pour les limiter, est significativement associé avec le nombre d’enfants vivants de la femme.